Accueil | News |
Publication and Resources | Lien utiles |

Actualites du rifidec

 

Mot du Président du RIFIDEC à l'occasion du lancement des activités de l'année internationale du microcrédit et de l’élaboration de la politique nationale de la microfinance; Novembre 2004.

  • Excellence Monsieur le Vice-président en charge de la Commission Economique et Financière,
  • Excellence Monsieur le Ministre de l’industrie, Petites et Moyennes Entreprises,
  • Excellence Monsieur le Ministre du Plan,
  • Monsieur le Gouverneur de la Banque centrale du Congo,
  • Monsieur le Représentant Résident du PNUD en RDC,
  • Mesdames et Messieurs les praticiens du Micro crédit,
  • Honorables Invités, Mesdames et Messieurs

Qu’il nous soit permis, en ce jour historique du lancement de l’année internationale du Micro crédit et du Processus de l’élaboration de la Politique nationale de la micro finance, de remercier infiniment, Son Excellence Monsieur le Ministre de l’industrie, Petites et moyennes entreprise, pour l’initiative combien encourageante et pleine d’espoir que vous venez de prendre à l’endroit de la population du Congo. Ceci est une grande première.

Nos remerciements s’adressent également à Son Excellence Monsieur le Vice-président en charge de la Commission Economique et Financière pour l’appui moral que vous venez d’apporter à la population Congolaise, en acceptant de parrainer le lancement des activités de cette journée internationale. Nous vous en sommes très reconnaissant.

Nous ne saurons clore ce chapitre sans remercier le Représentant Résident du PNUD qui vient de mettre sur pied

le projet PASMIF afin de contribuer à la réduction de la pauvreté en RDC en passant par les institutions du Système de Financement décentralisé du Congo que nous avons l’honneur de représenter ici.

  • Excellence Monsieur le Vice-président en charge de la Commission Economique et Financière,
  • Excellence Messieurs les Ministres,
  • Monsieur le gouverneur de la Banque Centrale du Congo,
  • Monsieur le Représentant Résident du PNUD,
  • Mesdames et Messieurs les praticiens du micro crédit,
  • Honorables invités Mesdames et Messieurs,

Depuis 1997, année du lancement de la Campagne Internationale du Micro crédit aux Etats-Unis, le secteur de la micro finance congolais est resté l’enfant pauvre de cette campagne et surtout de son gouvernement.

Ce secteur est resté pendant des années, sans tutelle ministérielle. Nous ne savions pas à qui nous adresser pour régler les problèmes d’ordre administratifs, financiers et de politiques du secteur. Nous n’étions pas suffisamment représenter tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays pour défendre les intérêts du secteur. Seule la Banque Centrale du Congo a été avec nos membres dans le cadre de ses missions traditionnelles.

Nous n’avions par conséquent pas été en mesure de saisir les multitudes opportunités qui s’offraient à notre pays afin d’aider la majorité de la population congolaise appauvrie par plusieurs décennies de crise politique, économique et sociale, caractérisées notamment par huit années de guerre dévastatrice.

C’est pourquoi, l’année Internationale du Micro crédit que nous lançons tous ce jour, doit être pour nous, l’occasion de nous rattraper dans notre mission de lutte pour la réduction de la pauvreté en RDC. Cette année doit être celle au cours de laquelle tous les acteurs intéressés par la micro finance doivent se mettre ensemble pour développer une vision commune, déterminer les objectifs à atteindre et les activités à réaliser pour soulager la misère de la population congolaise.

La vision, les objectifs ainsi que les activités dont nous nous fixerons la réalisation n’atteindront pas des résultats escomptés si nous n’assainissons pas le secteur de la micro finance en RDC, nous n’élaborons pas un cadre réglementaire unique, souple et rigoureux à la fois, prenant en compte les activités de tous les acteurs et si surtout nous ne réhabilitons pas l’administration publique pour qu’elle fasse respecter la loi et les sanctions y afférentes à travers les cours et tribunaux.

Les efforts que nous déploierons dès aujourd’hui ne seront qu’une peine perdue, si le gouvernement congolais et nous les acteurs de la micro finance ne trouvons pas des solutions efficaces et durables pour réhabiliter la confiance que des millions d’épargnant de bonne foi ont perdu face au banques classiques et de proximité parce que tout simplement désabusés par divers scandales et détournements.

Nos efforts seront également au gaspillage d’énergies si nous n’amenons pas les Institutions du système de financement décentralisé du Congo à devenir performantes, professionnelles et surtout pérennes.

Nous attendons pour ce faire que le gouvernement aide à la renaissance de ce secteur qui avait participé, très valablement d’ailleurs, au développement des affaires dans notre pays entre les années 1980 et 1990, en prenant des mesures incitatives et promotionnelles à son endroit. Nous souhaitons que le gouvernement prête son attention à la reprise de ce secteur face à la concurrence déloyale des multitudes institutions venues d’ailleurs, qui souvent ne remplissent pas les conditions requises pour exercer dans notre pays, mais qui profitent de l’absence totale d’une politique nationale dans le secteur.

Nous ne saurons terminer notre intervention sans dire un mot sur la jeunesse du secteur de la micro finance en pleine renaissance et qui nécessite que le Gouvernement soit souple et rigoureux à la fois pour permettre l’éclosion totale de l’innovation dont fait montre les congolais.

La formule de l’épargne à la carte ou d’autre produits financiers originaux sont très éloquent à ce sujet. Nous demandons donc que ce cadre de concertation en proposition soit le lieu par excellence où tous les acteurs s’expriment librement pour favoriser l’émergence de l’innovation et de la nouvelle technologie dans l’industrie de la micro finance en Afrique Centrale. Le RIFIDEC, votre association professionnelle s’engage à participer activement à la réalisation de ces travaux et vous promet d’appliquer efficacement les résolutions qui en découleront afin que la population Congolaise toute entière, du Nord au Sud et d’Ouest en Est, trouve son compte dans ce vaste programme mondiale qui vient de fixer son terme à l’an 2015. Afin que la lutte contre la pauvreté, principale mission sociale des institutions de micro finance, ne demeure pas un slogan creux dans notre pays.

QUE VIVE L’ANNEE INTERNATIONALE DU MICRO CREDIT ET QUE L’ATELIER SUR L’ELABORATION DE LA POLITIQUE NATIONALE DE LA MICROFINANCE SOIT L’OCCASION DE LA MISE EN ŒUVRE DES STRATEGIES QUI NOUS PERMETTRONS DE REDUIRE REELLEMENT L’INTENSITE DE LA PAUVRETE SUR LA PERSONNE DU CONGOLAIS.

JE VOUS REMERCIE.

Alphonse KISOLOKELE

   
   
© RIFIDEC Octobre 2004 - Design by Global Web Dimension